L'Altum

Publié le : 02/06/2018 17:54:46
Catégories : Blog Poisson d'Or Rss feed

Parmi les divers Ptérophyllum il en est un qui, par sa rareté et sa beauté, en font l'un des plus prisés, je parle là de l'unique, du véritable du Ptérophyllum altum.

Il fut découvert par Chaffangon (ou Chaffanjon) et décrit pour la première fois par Jacques Pellegrin en 1903 aux abords du Rio Atabapo dans le bassin de l'Orénoque, mais la première importation en Europe ne serait survenue que dans un premier temps dans les années 1950 en Allemagne, ensuite à nouveau dans les années 1970 où les premiers amateurs ont pu en acquérir quelques exemplaires. La suite, jusqu'à nos jours fut une suite de nombreuses importations qui par périodes se soldèrent par des réussites mais aussi très souvent par des hécatombes : c'est que la bête n'est pas des plus faciles à acclimater, trop petits ils sont souvent fragiles, plus grands ils sont majoritairement parasités, ajoutez à cela un long voyage et des poissons n’acceptant que des eaux pures et acides, il n'en faut pas plus pour rendre l'importation des plus délicates. Ainsi, le prix de ces merveilles atteint des sommets, avec pour des jeunes dont le corps fait la taille d'une pièce de 1 cent (donc vraiment petit) un prix qui avoisine les 30€, des sujets plus grands verront leurs prix doubler ou tripler mais cela pourrait changer dans un futur plus ou moins proche, nous y reviendrons plus tard.

Sa présence à l'état naturel s'étent au niveau supérieur du bassin de l'Orénoque et selon certains dans le rio Negro, partagé donc sur la Colombie, le Venezuela et probablement le Brésil, leurs importation se fait généralement en Europe en période d'été et d'automne (qui correspond à la fin de la saison des pluies en Amérique du sud), les lieux de pêche étant impraticables en période de crues. En effet, là bas ça ne rigole pas quand on parle de crues, le niveau monte parfois à près de 10 mètres par rapport au niveau initial.L'étendue des divers rio se trouve ainsi considérablement augmentée, laissant la foret en un immense marrai ou ne dépasse que la cime de plus hauts arbres. C'est dans ce biotope bien particulier que les poissons en profitent pour engendrer les futures générations, ces crues provoquant la multiplication d'apports de nourriture.

Un couple d'adulte originaire probablement de la région d'Atabapo

Planche originale de Pelligrin en 1923

L' Altum quel aquarium lui faut il ?

Dans la première page consacré au Ptérophyllum altum, j'évoquai rapidement ses origines, son biotope etc. Attardons nous maintenant à ses besoins en aquarium en se référant à son biotope naturel.

Au vu de ses dimensions impressionnantes (pour rappel l'altum atteint facilement nageoires déployées les 30 cm de haut et parfois plus), il va de soit que la hauteur du bac sera un des facteurs de croissance et d'épanouissement importants, et qu'un bac d'au moins 60 cm de hauteur réelle d'eau sera plus que bienvenu. Plusieurs éleveurs indiquent que dans des cuves de 80cm voire un mètre de haut, leurs protégés pouvaient atteindre les 40 cm de haut voire même d'avantage. Il n'est pas toujours facile de mettre en place de tel bacs sans sortir le tuba lors des entretiens...!

Takashi Amano auprés de son bac à Altum de plus d'un mètre de haut

Si nos scalaires Orinoco n'ont pas suffisamment de hauteur pour se mouvoir, leurs nageoires seront plus courtes voire même pour celle du bas un peu usée par le substrat. Un bel Altum se doit d'avoir le plus de hauteur de nageoires et il n'y aurait aucun interêt à le coincer dans un bac de 35 cm de haut !

Jeunes sujets ayant une belle hauteur de nageoires qui ne demandent qu'à se développer.


Une hauteur de 60cm ou 70cm sera un bon compromis. Pour la largeur, n'oublions pas que l'altum de l'Orénoque aime nager et déambuler le long d'une façade d'au moins 120 cm. Plus, serait évidement bien mieux pour lui. Quant à la profondeur, 50 cm serait un minimum, bref notre Ptérophylle à besoin de grands aquariums qui feront 500 litres au minimum. Bien-sûr de jeunes sujets de petites tailles pourront être élevés dans des cuves moins imposantes, mais n'attendez pas qu'il y soient comme des sardines pour les déménager dans un habitat plus adapté.

Le sol sera composé d'un sable soit sombre soit clair, mais si il est clair, il sera bon de le couvrir au moins en partie de feuilles ou de morceaux de bois pour un effet plus naturel et plus rassurant. Quelques Corydoras seront les bienvenus pour fouiller les lieux afin que le substrat reste le plus sain possible ; quelques Loricaridés alguivores seront aussi intéressants, surtout dans des contenants ayant une hauteur supérieure à 60 cm, rendant la chasse aux algues des plus périlleuses.

Niveau décor, des racines, quelques roches ou galets. Si l'on veut respecter son biotope d'origine, peu de plantes seront présentes mais un bac planté ne dérangera pas nos bestiaux.

J'ai pu remarquer lors de recherches que le sol aux abords du rio Inirida était souvent composé de sable clair et parfois blanc, sur cette photo on voit bien le sable, le bois et les roches qui sont communs au décors du rio inirida il en va de même pour le rio Atabapo.

En bas de page, une vidéo illustre le milieu de vie des Altum. On y découvre des eaux sombres jonchées de branchages, bien loin de nos aquariums aseptisés. Néanmoins, on observe chez certains passionnés un retour à des décors plus naturels et plus proches des biotopes.

Si plantes il y a, n'oublions pas que leur eau sera douce, acide, chaude (28-30°C) peut être ambré voire noire, donc des eaux peu accueillantes pour les végétaux. Pour un tel aquarium on peut penser aux Anubias, Microsoriums, Vallisnerias... Soit des plantes peu gourmandes en lumière et résistantes à la chaleur.

Quelques plantes flottantes comme la laitue d'eau (Pistia statiotes), la jacinthe d'eau (Eichhomia crassipes) ou le Cératophyllum (demerseum) peuvent tamiser la lumière et créer ainsi des zones ombragées propices à un climat sécurisant.



Le combiné chauffant sera calé entre 27 et 31°C, une bonne filtration bien entretenue débitant environ deux fois le volume du bac à l'heure sera idéale pour ne pas avoir trop de courant tout en ayant une bonne éfficacité. N'oublions pas que la filtration en milieu acide est moins efficace car les bactéries nitrifiantes sont moins présentes que dans un PH neutre. Pour palier ce souci une grosse quantité de céramiques de bonne qualité sera opportune pour multiplier le présence de nos bonnes bactéries, pour plus de sécurité il peut être judicieux d'utiliser une filtration sous UV qui supprimera toutes bactéries indésirables mais qui a aussi l'inconvénient à long terme de rendre le système immunitaire de nos poissons moins performant. Les UV peuvent avoir je pense un grand intérêt lors de l'introduction de nouveau compagnons dans un groupe établi, surtout quand on travaille avec des sujets sauvages qui peuvent être porteurs sains de virus et autres bactéries redoutables.

L'eau sera bien-sûr douce avec un KH entre 1 et 3 et une conductivité située entre 100 et 200m/s me semble convenir pour obtenir un PH entre 5,5 et 6,5. Des changements fréquents à base d'eau de pluie ou d'eau osmosée seront indispensables pour obtenir ces paramètres.

Les paramètres pourraient être plus bas mais attention alors aux chutes de PH (acidose) qui peuvent être fatales pour tout être aquatique.

Les paramètres évoqués conviennent pour des sujets sauvages, les altums d'élevages seront plus tolérants envers des eaux plus dures, nous y reviendrons dans un autre article consacré aux Ptérophyllum nés en captivité..

Une injection automatisée de Co2 aidera à maintenir un PH bas.

Les changements d'eau seront proportionnels à la quantité de poissons et de nourriture distribués, un signe à surveiller pour savoir s'il est temps est simplement de mesurer le taux de nitrates qui ne devra pas dépasser les 40 mg. L'idéal étant de se rapprocher le plus possible de 0.

En suivant toutes ces petites choses, vos Pt Altum devraient se sentir bien dans leurs logis. Les premières semaines sont souvent les plus compliquées mais une fois les poissons bien installés, les Altum deviennent des poissons relativement résistants et vous donneront du plaisir durant de nombreuses années.

Partager ce contenu